L’air des villes profite des crottes de chien

Noah Fierer a une grande ambition: cartographie la teneur en bactéries de l’air que l’on respire. Et faute de budget pour parcourir le monde, il a trouvé une combine. Mettre au point un dispositif de capture des aérosols de l’air urbain que n’importe qui peut acheter et installer à l’extérieur de sa voiture, avant de le renvoyer dans une enveloppe spéciale à son laboratoire de l’Université de Boulder (Colorado).

L’histoire ne dit pas combien de volontaires ont franchi le pas. Mais Noah Fierer et son équipe ont jugé avoir assez d’échantillons probants pour commencer à publier leurs résultats. Une centaine d’échantillons collectés dans plusieurs villes du Middle-West, plusieurs saisons, permettent aux chercheurs d’affirmer une chose: il y a de la bactérie dans l’air urbain. Parmi les source repérées par Fierer et ses acolytes: le sol et les plantes, mais aussi, l’hiver, une concentration non négligeable d’organismes émanant d’excréments. Probablement de la crotte de chien, supposent les chercheurs.

Source: Applied Environmental Biology, édition du 29/7/2011

Climat, Science & Vie se penche sur les villes

A l’occasion du Sommet de Copenhague, Science & Vie a publié un numéro spécial consacré au réchauffement climatique. Ce document exceptionnel, dont je co-signe la coordination, se penche sur plusieurs grandes villes de la planète menacées par le réchauffement: canicule, désertification, inondations, mousson, typhons, montée des océans… Nos correspondants à l’étranger et nos envoyés spéciaux ont enquêté sur la manière dont les autorités se préparent (ou ne se préparent pas), face à l’ampleur de la menace. A noter également une enquête sur l’Afrique, appuyée par une interview de Pachauri, le patron du GIEC, et un cahier spécial consacré à la France, ses villes et son littoral. Sans oublier un travail iconographique remarquable!