Les côtes Atlantiques sacrifiées sur l’autel de l’orthodoxie budgétaire

Posté le 2 août 2011 dans la catégorie:Coup de gueule. Vous pouvez suivre les réponses via le fil RSS 2.0.
Vous pouvez laisser un commentaire ou un trackback depuis votre site

Fin juillet, un cargo a coulé au large de l’île d’Oléron, en dépit d’une tentative de remorquage conduite par l’Abeille Languedoc, le navire d’assistance basé à La Rochelle, qui surveille la majeure partie de notre façade Atlantique. Le 1er octobre, pourtant, l’Abeille Languedoc mettra cap sur les côtes du Nord-pas-de-Calais, pour prendre ses nouveaux quartiers à Boulogne-sur-mer. Conséquence d’une absurde course à l’économie budgétaire du gouvernement Cameron à Londres, qui a décidé de cesser de financer la flotte d’assistance le long des côtes britanniques. Paris et Londres se partageaient depuis 2000 la facture de l’Anglian-Monarch, qui patrouillait dans le détroit du Pas-de-Calais. Devant la désaffection de Londres, notre vaillant Président de la république et ses amis ont tranché: on abandonne l’Atlantique et le redoutable Golfe de Gascogne, pour protéger le Nord, où le trafic maritime est il est vrai particulièrement intense (90000 navires par an, sans compter les ferries transmanche). Une décision épatante pour les finances publiques puisqu’en déshabillant La Rochelle pour habiller Boulogne-sur-mer, le contribuable économisera les frais annuels d’entretien d’un demi-navire, moins de deux millions d’euros, carburant compris.

Bien sûr, il y a l’Abeille Bourbon, basé à Brest. Mais sa mission est d’abord de protéger le dispositif de séparation du trafic d’Ouessant, pour éviter de réveiller la mémoire des dramatiques marées noires bretonnes (Torrey Canyon, Amoco Cadiz…). Et il est vrai que peu d’interventions notables ont eu lieu depuis l’arrivée de l’Abeille Languedoc en 2006, à La Rochelle.

Imaginons maintenant ce qui pourrait arriver dès l’hiver prochain: un gros navire, plein de trucs dangereux, est en perdition près de l’île de Ré, au sortir de l’estuaire de la Gironde ou près de celui de la Loire. Pas de navire d’assistance à portée de sauvetage… Bien sûr, il s’agit de pure spéculation, tout ça n’arrive jamais…

Denis Delbecq

 

Mots-clefs: , , , ,

Lire également

3 Réponses pour “Les côtes Atlantiques sacrifiées sur l’autel de l’orthodoxie budgétaire”

  1. toxymoron dit :

    Depuis quand le gouvernement doit-il agir dans l’intérêt des gouvernés?

  2. Ratmanoff dit :

    Cela dit , pendant un temps la main bienveillante anglaise a été secourable et peut être un peu méprisée … le monde est sordide , mais j’extrapole …

  3. Rosalie dit :

    Pas encore de commentaires de notre capitaine sur l’échouage du TK-Bremen. Mais que pensez-vous de ceux de votre quasi homonyme sur l’impossibilité pour les ports français de retenir les navires par mauvais temps: http://www.lemonde.fr/planete/article/2011/12/23/impensable-d-interdire-a-un-navire-de-prendre-la-mer-en-raison-de-la-meteo_1622264_3244.html#xtor=RSS-3208

Laisser une réponse

Services

Traduire cet article (Google)

Mots-clefs

Ces derniers temps

© 2017 Denis Delbecq | Réalisé avec WordPress. Logo par Elisabeth Chardin.