La ville, recette contre le réchauffement?

Posté le 8 fév 2011 dans la catégorie:Lecture. Vous pouvez suivre les réponses via le fil RSS 2.0.
Vous pouvez laisser un commentaire ou un trackback depuis votre site

Une des clés de la lutte contre le changement climatique se trouve dans les villes. C’est la conclusion d’une passionnante étude publiée par des urbanistes de la Banque mondiale (1). Les chercheurs ont passé en revue les données disponibles sur une centaine de grosses villes de la planète. Avec des écarts parfois surprenants.


Evolution des émissions moyennes de CO2 par habitant et taux d'urbanisation, de 1965 à 2005. On voit notamment l'urbanisation rapide de la Chine, de l'Inde et du Japon, et l'impact des politiques suédoises et allemandes ©  Hoornweg at al.

Evolution des émissions moyennes de CO2 par habitant et taux d'urbanisation, de 1965 à 2005. On voit notamment l'urbanisation rapide de la Chine, de l'Inde et du Japon, et l'impact des politiques suédoises et allemandes © Hoornweg et al.

Cela ne surprendra personne, les villes des régions industrialisées du Monde représentent des émissions de gaz carbonique par habitant élevées. Ce sont les villes Américaines, Allemandes, Japonaises et Coréennes (Sud) qui sont de loin les plus émissives. Avec 17 à 23 tonnes de CO2 par an et par habitant pour les USA, 8 tonnes à 15 tonnes pour l’Allemagne, 7 à 10 tonnes pour le Japon. Entre 1 tonne et 6 tonnes pour la Chine, presque moitié moins pour les villes Indiennes ou Brésiliennes.

La comparaison avec la production de déchets est éloquente: il existe une relation aux airs linéaires avec les émissions de gaz carbonique. Mais le plus parlant est sans doute l’écart qui existe entre les principales grandes villes étudiées et le pays auquel elles appartiennent. D’une manière générale, les populations des grandes villes émettent moins que la moyenne du pays correspondant. Ainsi le Parisien rejette environ 5,2 tonnes de CO2 par an, quand le Français tourne autour de 8,7. C’est plus net encore au Japon (4,9 tonnes à Tokyo, 10,8 tonnes pour le pays), en Norvège (11,7 tonnes en moyenne et 3,5 tonnes à Oslo), ou en Suède. Toutes les grandes villes américaines étudiées rejettent plus par habitant que la moyenne des Américains. On retrouve cette même tendance de sobriété citadine dans les pays émergents (Inde, Brésil, Mexique, Népal, etc.).

Emissions par habitant et production de déchet © Hoornweg et al.

Emissions par habitant et production de déchet © Hoornweg et al.

Mais cette apparente vertu des citadins connait quelques contre-exemples spectaculaires: un Pékinois émet trois fois plus qu’un Chinois (10,1 contre 3,4 tonnes), et c’est même plus marqué à Shanghai (11,7 tonnes). On retrouve ce même phénomène à Francfort et Stuttgart pour L’Allemagne, à Bologne pour l’Italie; à Genève (Suisse), Rotterdam ou Bangkok (près de trois fois les émissions du pays dans ces deux villes).

Bien évidemment, si aucune donnée chiffrée de densité de population n’est compilée dans cette étude, la densité urbaine joue un rôle clé: à Denver, on émet deux fois plus qu’à New York. Les chercheurs montrent trois vues aériennes de quartiers de Toronto (Canada). Une zone résidentielle d’immeubles (1,3 tonnes annuelles par habitant), une zone résidentielle de maisons denses (6,6 tonnes) et un quartier résidentiel de grandes propriétés (13 tonnes).

(1) Environment & Urbanization, Vol XX(X). DOI: 10.1177/0956247810392270

Denis Delbecq

 

Mots-clefs: , , ,

Lire également

18 Réponses pour “La ville, recette contre le réchauffement?”

  1. Thierry SALOMON dit :

    Remarquable étude sur le lien encore trop peu étudié entre énergie, émission de GES et urbanisme …
    Merci de l’avoir déniché !

  2. Nimch dit :

    Quelqu’un serait-il capable de m’expliquer en quelques mots comment sont calculées les émissions par villes svp ? Ce qui est pris en compte, ce qui ne l’est pas, l’incertitude, etc ? Il y a tellement de paramètres que j’ai du mal imaginer la méthode employée.

  3. [...] Ce billet était mentionné sur Twitter par Thierry SALOMON, Denis Delbecq. Denis Delbecq a dit: La ville, recette contre le réchauffement? Ça dépend où. http://bit.ly/gAwuGf [...]

  4. Ratmanoff dit :

    on peut faire dire ce que l’on veut à tout ! après s’en servir pour diriger la société c’est autre chose !

  5. HollyDays dit :

    « D’une manière générale, les populations des grandes villes émettent moins que la moyenne du pays correspondant. [...] Toutes les grandes villes américaines étudiées rejettent plus par habitant que la moyenne des Américains. »

    N’y a-t-il pas une contradiction entre ces 2 phrases ? Ne serait-ce pas plutôt « Toutes les grandes villes américaines étudiées rejettent MOINS par habitant … » ?

    Sinon, je ne résiste pas à faire un peu de provoc’ et de mauvaise foi : « Mais cette apparente vertu des citadins connait quelques contre-exemples spectaculaires: [...] on retrouve ce même phénomène à Francfort pour l’Allemagne ». Francfort, Francfort… Ce ne serait pas là qu’un Vert franco-allemand a passé quelques années à la mairie, dites-moi ?

  6. GML dit :

    Cet article ne parle pas de la France. Serait-on tellement bien placé grâce à nos centrales nucléaires qu’il serait inconvenant ( écologiquement incorrect) de le mentionner ?

    • Tilleul dit :

      Si si… on voie même qu’avec ses centrales nucléaires le français rejette plus de gaz à effet de serre que le chinois…

      • GML dit :

        Le Chinois qui a un niveau de vie équivalent au Français (voiture, chauffage, …), c’est bien connu…
        Tilleul : de l’art de comparer des oranges avec des pommes quand ça vous arrange pour brouiller les cartes.

        • Tilleul dit :

          Soyez pas mauvais joueur en plus… Ou alors il va falloir me trouver où intervient le niveau de vie dans les lois physiques qui régissent le bilan radiatif de la planète…

          Et sinon j’ai pas de voiture et mon logement n’a pas besoin de chauffage et pourtant je peux vous assurer que mon niveau de vie est sensiblement supérieur à celui de bon nombre de chinois…

          • Robert dit :

            Tilleul @

            Encore une bêtise, les émissions par habitants entre le français et le chinois sont quasiment identiques : 6 t. pour le français contre 5.72 pour le chinois (en 2008) mais si on ajuste ça au pays La Chine émet beaucoup plus que La France. Sachant que la chine se développe à vitesse grand V et que nous autres allons contniuer à stagner l’écart entre le français et le chinois va vite s’inverser.

          • Tilleul dit :

            Le français émet nettement plus d’émissions que le chinois, puisque comme l’indique l’article ci-dessus la France émet 8.7 tonnes par habitant :

            Pour la source officielle :

            http://dataservice.eea.europa.eu/PivotApp/pivot.aspx?pivotid=475

            On est bien entre 8 et 9.

            Si on ajuste ça au pays, la France émet 1000 tonnes par km² pendant que la Chine émet 850 tonnes par km² donc là aussi les chinois sont au dessus haut la main…

            Et si on rapporte ça aux investissements d’avenir qu’ils font dans les EnR et l’efficacité énergétique, il va falloir utiliser une échelle logarithmique pour faire la comparaison tellement ils sont loin devant la France…

          • GML dit :

            Les Chinois sont aussi en parralèlle les champions du monde du nombre de centrales nucléaires en construction.

          • GML dit :

            Pour compléter mon post précédent :
            http://www.iaea.org/cgi-bin/db.page.pl/pris.main.htm

            Chine : 6 démarrage de construction de centrales nucléaires en 2006, puis 9 démarrage de chantier en 2009, puis encore 9 démarrage en 2010.
            En trois ans, la Chine à mis en chantier la construction de 24 centrales nucléaires.
            2011 est aussi prometteur.
            Oui, ils investissent aussi dans les Enr, mais pas seulement…

  7. Robert dit :

    Tilleul @

    votre propos est malhonnête rapportez le taux d’émission par habitant alors que les 3/4 des chinois ont un bilan carbone nul ou presque relève tout simplement du bidouillage de données, même chose pour les surfaces.

    Tout ça montre bien votre manque d’objectivité.

  8. Tilleul dit :

    La France c’est 60 millions d’habitants, la Chine c’est un milliard trois cent millions… C’est à dire que vous êtes quand même obliger d’aggréger l’impact environnemental d’un cinquième de l’humanité pour avoir une base de comparaison flatteuse avec la France… Si c’est honnête j’en sais rien, mais par contre je me dis que c’est une démarche qui dénote d’un manque d’objectivité certain…

    • Robert dit :

      Tilleul

      En France c’est les 60 millions qui profitent de ce que produit l’énergie à l’origine de ces émissions, en Chine combien en profitent ? c’est exactement comme si vous disiez que celui qui n’a pas de voiture consomme autant de pétrole que celui qui en a une…..Votre comparaison n’est pas valable. Point barre.

Laisser une réponse

Services

Traduire cet article (Google)

Mots-clefs

Ces derniers temps

© 2017 Denis Delbecq | Réalisé avec WordPress. Logo par Elisabeth Chardin.