Un indien mort, c’est du CO2 en moins

Par Denis Delbecq • 3 février 2011 à 10:08 • Categorie: Lecture

La phrase est brutale. C’est pourtant l’hypothèse avancée par des chercheurs suisses qui relèvent une baisse des émissions de CO2 au XVIe siècle, alors que la colonisation du continent américain battait son plein (1). L’équipe a produit cette animation, qui montre l’emprise croissante de l’homme sur son milieu naturel. On y voit, depuis 8000 ans, la manière dont les paysages naturels ont reculé au fur et à mesure de l’essor de l’humanité. Au passage, l’équipe Suisse propose un nouveau regard sur les émissions de gaz carbonique liées aux activités humaines: il y a 2000 ans, elles ont connu un véritable boom, avant de baisser de manière considérable au 16e siècle. Pour les chercheurs, elle pourrait s’expliquer par la disparition des indiens sur le continent américain sous l’effet de la colonisation, une population en recul qui aurait laissé la place aux forêts…

 

(1) Travaux publiés dans la revue Holocene.

• Envoyer par email •  Partager sur Facebook

Tags: , , ,