Primaire, ou final, le gaspillage d’énergie?

Par Denis Delbecq • 26 août 2010 à 11:48 • Categorie: A la Une
© Denis Delbecq

© Denis Delbecq

Energie primaire, énergie finale… Deux notions pas facile à appréhender mais indispensables pour comprendre les réalités de l’usage énergétique. L’énergie primaire, c’est la quantité d’énergie contenue dans la source d’énergie, avant qu’on ne choisisse de son usage, qu’on ne la transforme. Pour du pétrole, par exemple, c’est la quantité de chaleur qu’on pourrait tirer du fluide en le brûlant.

L’énergie finale, est en bout de chaîne: c’est le service réellement rendu, ce qu’aura pu parcourir une voiture, le chauffage obtenue dans une habitation… Et entre énergie primaire et finale s’enchaînent tout une série de pertes, liées à la transformation de l’énergie… Une centrale thermique (nucléaire, charbon, gaz…) affiche par exemple un rendement voisin de 35%, dont la valeur limite est fixée par le principe de Carnot, fonction de la température de combustion, et de celle de la source utilisée pour le refroidissement). Dans certaines installations sophistiquées, comme les centrales gaz à cycle combiné, l’installation de deux turbines l’une derrière l’autre permet de faire grimper le rendement jusqu’à 60%. La récupération des eaux chaudes, en sortie de cycle, est un moyen d’améliorer le bilan des centrales thermiques.

Même les centrales solaires à concentration —qui chauffent un fluide injecté dans une turbine— n’échappent pas à ce satané Carnot et rejettent beaucoup plus d’énergie dans la nature qu’elles ne produisent d’électricité. Distinguer énergie primaire et finale permet de comprendre aussi qu’il vaut mieux brûler du pétrole dans une chaudière domestique que de se chauffer à l’électricité dans un pays qui brûle du pétrole pour la produire.

© LLNL - DoE

© LLNL - DoE

Vous avez pigé? Alors entrons un peu dans les chiffres. Selon le Lawrence Livermore National Lab, pour 2009, près de 58% de l’énergie primaire consommée aux Etats-Unis sert à chauffer les oiseaux, et 42% offrent un réel service à la société américaine. La faute aux transports où 25% seulement de l’énergie primaire des carburants fait avancer les véhicules, et à la production d’électricité, qui affiche 32% de pertes, en raison de l’écrasante domination des centrales thermiques (charbon, nucléaire, gaz)… Dans le secteur résidentiel, c’est l’inverse: 80% de l’énergie est utilisée.

En France, selon les chiffres du ministère de l’environnement pour 2009, l’énergie finale représentait 60% de l’énergie primaire (contre 58% aux Etats-Unis, donc). Mais le dernier état des lieux montre aussi que si la consommation d’énergie primaire a baissé de 5% par rapport à 2008, la baisse n’est plus que de 3% sur l’énergie finale. Bref, le taux de gaspillage a légèrement grimpé.

NB: Dans le graphique publié par le Lawrence Livermore National Lab (LLNL). Les unités sont le « quadrillon de BTU », ou quad, qui vaut 293 TWh. Autrement dit, les Etats-Unis consomment chaque année 27700 TWh d’énergie primaire, dont 16 000 sont rejetés en pure perte.

• Envoyer par email •  Partager sur Facebook

Tags: , , , , , , ,