Le bio est-il l’ennemi du bien?

Par Denis Delbecq • 24 juin 2010 à 13:02 • Categorie: Lecture

Voilà des travaux qui vont faire parler d’eux. Dans la dernière livraison de la revue scientifique PLoS One, un groupe de chercheurs canadiens aurait démontré que des pesticides «bio» utilisés pour le soja ont parfois un effet plus néfaste pour l’environnement que des molécules de synthèse de conception récente.

Quand un pesticide est peu efficace, on a tendance à en déverser plus pour lutter contre les parasites, ce qui peut entraîner des effets secondaires accrus pour l’environnement. C’est en gros la conclusion à laquelle sont parvenus les chercheurs canadiens qui se sont penché sur la lutte contre un ennemi du soja, après avoir étudié des champs infestés à l’aide de quatre formules de pesticides de synthèse, et deux produits agréés au Canada pour la culture biologique. Et si en terme de rendement de production les écarts sont minces, les scientifiques ont observé une nette différence dans la capacité des pesticides à éradiquer leur cible.

Mais il y a quand même des trucs qui me chiffonnent dans ces travaux. D’après ce que j’en ai compris, les chercheurs n’ont pas vraiment regardé l’impact environnemental des molécules, organiques ou synthétiques, dans les parcelles étudiés. Contraints de déverser plus de produit bio pour obtenir la même efficacité, et à partir d’indices environnemental (EIQ) tirés pour chaque produit d’une base de données, et des quantités déversées, ils en déduisent que les pesticides bio seraient autant ou plus néfastes que les pesticides chimiques étudiés. Autre point d’interrogation: comme l’exigent les règles en vigueur à PLoS One, les chercheurs ont déclaré les sources de financements qui leur permettent de travailler. Pour cette étude, elles sont exclusivement publiques, mais les deux laboratoires de recherche concernés travaillent aussi par ailleurs avec l’appui des géants de l’agrobusiness. Comme Bayer Cropscience, Monsanto, Pioneer, Dow Agrosciences, BASF, Syngenta, DuPont et j’en passe. A quand une étude plus poussée, et conduite par des chercheurs du secteur public qui n’ont jamais reçu un kopeck de l’industrie agroalimentaire?

• Envoyer par email •  Partager sur Facebook

Tags: , , , , , , , ,