La soif de charbon menace le corail

Posté le 6 avr 2010 dans la catégorie:Coup de gueule. Vous pouvez suivre les réponses via le fil RSS 2.0.
Vous pouvez laisser un commentaire ou un trackback depuis votre site

Un couillon pressé, l’accident, et une des merveilles de la nature risque de morfler. Un navire vraquier chinois, le Shen Neng 1, s’est échoué samedi sur un récif, au beau milieu du parc marin de la Grande barrière de corail, au large de l’Australie (1). Alors que les réservoirs de carburants sont endommagés, le navire perd du fioul et sa coque menace de se briser. 975 tonnes de pétrole pourraient s’épancher, de quoi faire de sacré dégâts sur les récifs coralliens qui hébergent une faune et une flore maritime exceptionnelle. Le navire transportait 65 000 tonnes de charbon (2) car la Chine a tellement soif d’énergie qu’elle va désormais chercher du charbon à l’étranger pour compléter sa production.

La cause de l’accident? Un abruti de capitaine qui a cru bon de prendre un raccourci, au lieu de suivre un couloir de navigation à douze kilomètres de là. Tout ça pour gagner quoi? Une paire d’heures de route sur un trajet de l’Australie à la Chine? On verra ce que la justice australienne fera de tout cela. Parce que chez nous, avec le «coupable mais pas responsable» infligé à Total, on n’y comprend plus rien.

(1) Le Shen Neng 1 a été lancé en 1993. Sous pavillon chinois, il a été pointé lors de deux contrôles de l’Etat du port au cours de sa carrière, pour des défauts de conformité à la réglementation maritime internationale. Des défauts jugés mineurs, puisque le navire n’a jamais subi de détention.

(2) Au fait, ça fait quoi sur l’environnement soixante-cinq-mille tonnes de charbon? Mon petit doigt me dit que c’est moins invasif pour les écosystèmes, du moins à long terme. Quelqu’un a une idée?

Denis Delbecq

 

Mots-clefs: , , , , , ,

Lire également

30 Réponses pour “La soif de charbon menace le corail”

  1. [...] Ce billet était mentionné sur Twitter par Marie-P Bouchard, Seb Rioux. Seb Rioux a dit: RT @EcoloInfoBlogs: Sur Effets de terre: La soif de charbon menace le corail http://bit.ly/9il0AT [...]

  2. toxymoron dit :

    Le titre reste vrai, même sans bateau et sans « abruti de capitaine ». Il faut juste un peu plus de temps.
    Je ne trouve toutefois pas de confirmation sur l’hypothèse (probable) de l’abrutissement du capitaine (ni de texte ‘facile’ sur l’impact du charbon sur l’écosystème, mais vu les quantités de métaux lourds et/ou produits radioactifs, je crains que ce soit pire que son équivalent pétrole).

  3. Denis Delbecq dit :

    « abruti de capitaine », c’est un consensus issu de modèles de prédiction du comportement des marins/armateurs/clients pressés… (1)
    (1) Aucune mention inutile à biffer.

  4. Social comments and analytics for this post…

    This post was mentioned on Twitter by SEbRioux: RT @EcoloInfoBlogs: Sur Effets de terre: La soif de charbon menace le corail http://bit.ly/9il0AT

  5. [...] La soif de charbon menace le corail | Effets de terre [...]

  6. BMD dit :

    Je ne pense pas que le charbon ait un grand effet sur l’environnement autre que quelques effets physiques locaux du genre obscurcissement de l’eau par les boues crées par le mélange des fines avec l’eau de mer. Les métaux lourds et les éléments radioactifs ne sont présents qu’à l’état de traces, à peu près autant que dans un sédiment argileux (c’est leur concentration par combustion dans les centrales, le transport par les cendres volantes puis leur inhalation, ainsi que leur accumulation dans les stockages de déchets des centrales qui posent problème). Il n’y a pas de risque d’asphyxie de la faune et de la flore comme avec le pétrole.

  7. BMD dit :

    A propos DDq, que pensez-vous de cet accident dans une mine de charbon américaine, 25 morts, et de cette mine chinoise où on a récupéré 115 mineurs, mais où il y aurait 5 morts et 33 disparus!
    et des statistiques officielles chinoises qui font état de 2631 morts par accident pour 2009 ( quant aux morts non officielles, eh bien justement elles sont non officielles, et les morts par silicose, 10 fois le nombre de morts par accident pourquoi diable en parler?).
    S’il y avait 25 morts d’un coup dans la filière nucléaire, de toutes parts s’élèveraient des hurlements pour demander son abandon. Mais pour la filière charbon,c ‘est la routine. Pas de hurlements, quelques entrefilets dans les médias.Quel cynisme!

    • Denis Delbecq dit :

      Effectivement, je l’ai vu passer. J’ai mentionné ce sujet hier sur le compte Twitter d’Effets de Terre, faute de temps pour écrire plus longuement. Mais je suis ce dossier de près.

    • Tilleul dit :

      Euh… Vous pouvez me rappeler l’espérance de vie à Krasnokamensk ? Quand il y a des morts dans le nucléaire il n’y a même un entrefilet journaux puisque tout est classé secret défense…

      • GML dit :

        « Vous pouvez me rappeler l’espérance de vie à Krasnokamensk? »
        Réponse : Plus élevée que les centaines de milliers (voire centaines de millions) de morts d’accidents du travail en tout genre que ce soit dans la filière énergétique ou ailleurs.
        Le monde est potentiellement dangereux, le nucléaire aussi comme toute activité humaine mais en prenant les précautions nécessaires (beaucoup de gens sont payés pour ça), le nucléaire fera certainement beaucoup moins de dégats que les autres activités de production d’énergie de masse.

        Cependant, quand on veut tuer son chien on l’accuse de la rage et dans ce domaine vous êtes doué pour répandre votre fiel anti-nucléaire.

      • Marot dit :

        Tilleul vire complotiste.

  8. fab dit :

    Pourquoi s’en faire puisque la barrière de corail est condamnée par l’acidification des océans?

    Désolé pour ceux qui avaient encore le moral…

  9. BMD dit :

    Tilleul se refuse toujours à faire la comparaison pour l’Allemagne entre le nombre de morts dues aux centrales nucléaires et le nombre de morts dues aux centrales à charbon. Il se contente d’aboyer dans son coin. Les centrales à charbon tuent 500 à 1000 fois plus en Allemagne que les centrales nucléaires. Les Grünen, ces grands défenseurs de la santé publique comme chacun sait ( on ne les a jamais entendu prendre position sur la tabagie, principale cause du cancer du poumon, en Allemagne comme ailleurs), en ont tiré la conclusion qu’il fallait garder les centrales à charbon et fermer les centrales nucléaires.

    • Tilleul dit :

      Entre 2000 et 2009, l’Europe a retiré du réseau 12 GW de charbon, 12 GW de fioul lourd et 7 GW de nucléaire… (bilan net entre les nouvelles installation et les installations retirées). Donc on voit bien qu’il est possible de sortir à la fois du charbon et du nucléaire… Il n’y a rien de très compliqué là dedans… Et il n’y a pas non plus de danger de voir la part du charbon augmenter dans l’Union Européenne…

      A partir du moment où les mines allemandes fournissent de moins en moins de charbon et que les allemands de l’est qui travaillaient dans le charbon partent à la retraite, il n’y a pas d’intérêt à garder des centrales à charbon en Allemagne…

      De toute façon le danger du charbon a toujours été son utilisation éventuel en tant que carburant pour remplacer le pétrole, très peu l’électricité…

  10. BMD dit :

    Tilleul, comme d’habitude, vous essayez de nous faire prendre vos désirs pour la réalité. L’Agence internationale pour l’énergie( AIE) a eu le bon goût de remanier son site ( http://www.iea.org ) et à la rubrique  » statistics » il est devenu possible de sélectionner pour l’EU 27 et pour chacun des pays européens des graphiques ( related graphs) pour la période 1971-2007.
    Pour l’EU 27, on observe une remarquable stabilité de la production d’électricité à partir du charbon, à peu de choses près 1000 TWh par an. Pour l’Allemagne (Ouest+Est), une augmentation de 240 TWh à 310 TWh environ de 1971 à 1983, une diminution jusqu’à 290 en 1999, une augmentation faible mais à peu près constante depuis lors. En gros, l’Allemagne, c’est 30% de la consommation de charbon et lignite due en Europe à l’électricité, avec une tendance à l’augmentation.
    On observe l’augmentation rapide de la contribution du gaz.
    Les énergies renouvelables progressent également rapidement, surtout en Allemagne, mais leur contribution reste faible en valeur absolue, et je me demande bien par quel miracle elles pourraient permettre à une échéance prévisible de sortir à la fois du charbon et du nucléaire comme vous l’affirmez!
    Le BEE allemand, l’équivalent du Syndicat des Energies Renouvelables français prétend qu’en 2020, environ 47 % de la consommation d’électricité Allemande seront produits par des ENR. Je me demande bien par quel miracle on passera de 15 %, (hydraulique compris, qui n’a aucune chance de se développer plus en Allemagne) à 47 % en 2020. Reste de toutes façons 53 % à produire autrement! Le BEE indique clairement ses choix: 36 % au charbon,11 % au gaz, un petit reliquat au nucléaire, le reste en importations (nucléaire français?)
    Pour le BEE, comme pour les Grünen, l’ennemi c’est le nucléaire et non le charbon, beaucoup plus dangereux, ce que vous vous refusez à admettre . Les Allemands, en tous cas ceux qui militent contre le nucléaire, sont d’une hypocrisie révoltante: ils se battent contre une énergie bien moins dangereuse que le charbon et qui de plus ne nuit pas au climat, tout en faisant de grandes déclarations sur leur action en faveur du climat et de la santé publique! C’est pitoyable!
    Pour ceux qu’intéressent une comparaison entre la dangerosité des centrales nucléaires et des centrales à charbon du point de vue de la santé publique, je rappelle qu’il existe un article de Markandya et Wilkinson dans la grande revue médicale the Lancet intitulé  » Electricity generation and Health, disponible par Google. Cet article évalue la mortalité prématurée induite par les centrales à charbon entre 30 et 35 morts par TWh , ce qui fait pour l’Europe des 27 environ 30 000 morts prématurées par an, dont 10 000 en Allemagne, et dix fois plus de maladies graves. Pour le nucléaire, c’est insignifiant. BEE et Grünen ont donc fait le choix de provoquer la mort de 10 000 de leurs concitoyens par an. En France, les Verts( et Europe-Ecologie?) nous poussent sans arrêt dans la même direction. Mais, puisque personne ou presque, ne le sait, quelle importance!

    • Tilleul dit :

      Allemagne : -20% d’émissions de CO2 sans recourir à la fermeture de l’outil industriel et sa délocalisation vers l’Asie…

      Et les victimes de Wismut prouve qu’il n’y pas pas moins de danger à miner l’uranium qu’à miner le charbon… Finalement vous donnez quand même l’impression de ne vous soucier que du bien être des riches occidentaux qui vivent à côté des centrales et pas des indigents qui subissent l’extraction…

      En gros ça ne vous pose aucun problème d’exporter la pollution, mais je peux vous demander un truc : une fois que les pays pauvres vont faire pareil en exportant leur pollution vers les pays encore plus pauvre, on l’enverra où toute cette pollution ?

  11. BMD dit :

    Tilleul, les -20%, c’est la moyenne après l’intégration de l’Allemagne de l’Est, pays alors peu développé et donc globalement peu émetteur par habitant, malgré de mauvaises habitudes de gaspillage d’énergie à l’image de sa patronne, l’Union Soviétique. Calculé pour Allemagne de l’Ouest seule, c’est beaucoup moins. Ces -20 %, çà fait partie de la désinformation classique dans les milieux écologistes. Quand à la délocalisation, elle existe tout autant qu’ailleurs, mais pour les pièces détachées.
    Wismut, c’est l’Allemagne de l’Est et le travail forcé avec toutes ses conséquences.
    Peut-être aurez-vous remarqué qu’un très grand nombre de catastrophes et pollutions d’envergure mondiale se sont produites au Paradis des peuples, l’Union soviétique et ses satellites, et que ces  » négligences » ont encore lieu à l’heure actuelle, car il est bien difficile de changer de vieilles habitudes, témoin la rupture du barrage sur l’Iénisséi l’année dernière.
    Et j’attends toujours de votre part l’évaluation comparée à l’échelle mondiale,PAR KWH PRODUIT PAR LES FILIERES, de la mortalité dans les mines de charbon et d’uranium. Vous avez quand même du culot de prétendre, à mots couverts, que les mines d’uranium tuent plus que les mines de charbon.
    Comparer donc ce qui est comparable, au lieu de botter en touche vers le Zimbawé dès que çà vous arrange.
    Et quant à exporter la pollution, si le nucléaire avait une part plus grande de la production d’électricité dans les pays où nous délocalisons, çà irait déjà mieux!
    Peut-être aurez-vous d’ailleurs remarqué que l’essentiel des échanges de la France, et même de l’Allemagne, avait lieu à l’intérieur de l’Europe. Si l’Europe augmentait substantiellement la part du nucléaire dans son électricité, ce qu’elle n’aurait aucune difficulté à faire,cela irait très vite beaucoup mieux.
    Et au lieu de faire pleurer les Français avec les problèmes du Zimbabwé, expliquez- leur donc plutôt qu’un système énergétique à l’Allemande, charbon à la place de nucléaire, qui nous est si fort recommandé par des gens comme vous, et que le BEE soutient de toute évidence ( çà leur permettra de se faire encore plus de fric sur le dos des conssommateurs!) c’est 10 000 morts prématurées en plus, et une dégradation du climat supplémentaire en prime.

    • Tilleul dit :

      C’est vrai que c’est bien connu que le développement d’une population s’accompagne toujours d’une sévère diminution de ses consommations et de sa pollution, d’ailleurs il n’y a qu’à voir la baisse dramatique des émissions de gaz à effet de serre de l’Inde et en Chine…

      La chute du mur de Berlin c’était en 89… Les émissions de l’Allemagne diminuent continuellement depuis 1990… Vous croyez quand même pas que si vous débarquez à Leipzig en 2010 vous allez encore trouver des gamins habillé en pionner offrir des tulipes à la statue de Lénine pour son anniversaire ?! Vous allez me la sortir encore pendant combien de génération votre théorie de l’Allemagne de l’Est ?

      Et pour l’instant l’Europe arrive déjà pas à finir un EPR en Finlande, alors d’ici à ce qu’elle soit capable d’augmenter la part du nucléaire on sera déjà sous 1 mètre de flotte ! Si le nucléaire était une réponse crédible contre les émissions de gaz à effet de serre il y aurait un développement du nucléaire comparable à celui qu’on observe dans les EnR et l’efficacité énergétique…

      Regardez un pays classique… S’il veut développer du nucléaire il lui faut jeter toutes ses centrales électriques fossiles (plusieurs milliards d’euros de pertes nettes) investir dans un réseau électrique énorme (plusieurs milliards de pertes), mettre en place une administration indépendante pour la sureté (5 à 10 ans avec de la formation à faire…), construire la centrale (10 ans et des milliards d’euros d’investissement parfois à des taux d’usuriers)… Même l’Europe alors qu’elle le voulait n’est pas arrivé à augmenter sa part du nucléaire, alors le reste du monde !

      Avec l’efficacité énergétique et les renouvelables on a une solution flexible, qui peut se substituer aux installations existantes (par exemple retrofit des centrales charbon en centrale biomasse) et capable d’être déployé massivement, c’est pas franchement étonnant que le monde ait choisi de se tourner vers cette solution…

      Donc soit vous êtes contre le charbon et alors il faut supporter les solutions qui marchent, qui sont massivement adoptés et qui sont massivement soutenues… Soit vous êtes contre le développement des EnR et de l’efficacité énergétique au profit d’une solution qui ne marche pas, qui est très peu développé, qui est rejetée (et en plus qui pose des problèmes de prolifération qui peuvent faire sauter la planète!) et dans ce cas vous êtes un allié objectif du charbon parce que le nucléaire n’a pas été capable de remplacer le charbon, même dans son âge d’or (au contraire il l’a même favorisé puisque les infrastructures électriques nécessaires à l’un et à l’autre ont été mutualisé)… Et y a pas d’option C…

  12. BMD dit :

    Tilleul, je ne suis pas contre le développement des ENR, j’observe simplement qu’elles sont pour l’instant dans l’impossibilité de subvenir, et cela de très loin, aux besoins énergétiques des sociétés industrielles.
    Faites donc, pour tous les pays du monde, un graphique consommation énergétique par habitant/% d’ENR dans cette consommation à l’aide des données de l’AIE. Vous constaterez immédiatement que la proportion d’ENR est d’autant plus élevée que la consommation d’énergie est plus faible, et par voie de conséquence que le pays est plus pauvre. Ce sont les pays industriels, les plus riches, qui ont la plus faible proportion d’ENR, à l’exception de quelques pays ayant des ressources exceptionnelles en hydroélectricité par habitant, et du Danemark, notre champion de l’éolien (qui arrive grâce à cela à quelques 10 % de sa consommation d’énergie primaire!)
    Dans ces conditions, il vaut mieux, pour des raisons de santé publique et de protection du climat avoir dans une société industrielle du nucléaire plutôt que du charbon pour produire de l’électricité, et bientôt pour faire rouler des véhicules électriques ou hybrides pour se débarrasser ainsi de notre dépendance pétrolière, la plus préoccupante à court terme. La solution gaz, adoptée par l’Espagne et la Grande Bretagne, est très peu durable. Déjà la production de gaz se casse la gueule en Europe! Ce sera bientôt le tour des autres. Utilisera-t-on alors Northstream pour importer de la vodka russe?
    Quant à votre catastrophisme sur les dangers du nucléaire, chapître essentiel de la vulgate antinucléaire, il n’est justifié par aucune étude objective. Attention, c’est ainsi que l’on dérive vers un des TOC ( trouble obsessionnel compulsif) les plus répandus dans une une partie de la population française.
    Pour le reste, votre littérature habituelle!

    • Tilleul dit :

      Votre commentaire sur la prolifération ne tient pas face à un fait qui s’appelle l’Iran…

      Pour les EnR : les EnR se développent, le nucléaire ne se développe pas.

      Vous voulez qu’on arrête le développement des EnR en France…

      Qu’est-ce qui va arrivé si on suivait votre avis : plus d’EnR et toujours pas de nucléaire…

      C’est aussi simple que ça…

  13. BMD dit :

    Moi ce que je vois, c’est des ENR dont la contribution à l’échelle mondiale a augmenté de 1973 à 2007 de 12,3 % de l’approvisionnement énergétique à 12,7%. Et il s’agit toujours pour l’essentiel de la biomasse et de l’hydroélectricité, 0,7 % provenant des autres sources, éolien, géothermie, solaire dont vous nous prétendez qu’elles vont sauver l’humanité dans les quelques années qui viennent. Source, key energy statistics 2009 de l’AIE. Vraiment , la belle affaire.

    Et rappelez-vous que la Révolution Industrielle n’a pu se produire que parce que le charbon était abondant en Angleterre et au Pays de Galles! Si cela avait été possible avec des ENR, ce se serait fait avec des ENR. çà ne manquait pas de brillants esprits à l’époque. Mais ce qui est physiquement impossible l’est même pour de brillants esprits.

    Quant à l’Iran, j’observe que ce n’est pas le nucléaire civil qui en est responsable, mais la volonté de l’Iran, avec la facilité que donnent les procédés de séparation par centrifugeuses. Et que alors qu’il y a quand même 9 pays qui disposent de la bombe atomique, dont des pays qui se détestent pour des raisons religieuses ( donc pour l’éternité), aucun d’entre eux n’a utilisé cette bombe depuis 1945. Mais la Kalachnikov, oui!
    Vous n’êtes pas simple, mais simpliste, oui!

    • Tilleul dit :

      La révolution industrielle s’est fait massivement avec de l’hydro et du charbon de bois… C’est seulement au début du XXe siecle que les fossiles sont devenus majoritaires… Si les villes industrielles étaient toutes à coté des cours d’eau c’était pas pour rien… Au passage les centrales électriques n’ont pu se développer que parce qu’on a interdit aux zones rurales de continuer à s’approvisionner en électricité pour réserver ce droit aux grandes compagnies d’électricité, aux Etats Unis au moment du rural electrification act celles-ci avaient même inventé un fusil à éolienne pour démolir celles qui alimentaient les fermes…

      Après c’est pas l’énergie qui va sauver l’humanité, honnêtement l’idée qu’on peut apporter « la paix dans le monde » avec l’énergie c’est une idéologie qui avait lieu au XXe siecle mais ca fait longtemps qu’on sait que la vie n’est pas aussi simpliste… Par contre le fait qu’on va utiliser de plus d’EnR, c’est un peu le seul choix qu’on a… Les deux seuls sources qui se développe c’est les fossiles et les EnR… le nucléaire est en déclin et personne s’attend à ce que la situation change dans les 20 prochaines années… donc y a pas le choix…

      Pour le dernier commentaire : le seul intérêt du nucléaire c’est d’avoir la bombe et la propulsion dans la marine… le « civil » ça n’existe pas avec le nucléaire… Et si personne n’a fait sauter la terre c’est justement parce qu’on empêche par tous les moyens possible le nucléaire de se développer donc puisque ça a marché pourquoi vouloir changer cette politique ?

  14. BMD dit :

    Mon pauvre ami, vous êtes complètement à côté de la plaque! Le charbon de bois n’a en rien permis la Révolution Industrielle en Angleterre. Ses quantités disponibles ne l’auraient pas permis, et c’est bien à cause de cela que les sociétés ne pouvant actuellement s’appuyer que sur des ENR ne peuvent connaître ce type de développement. Et la question pour nous est: les ENR pourront-elles dans l’avenir faire ce qu’elles n’ont nulle part permis juqu’à présent, c’est-à-dire de passer d’un type de société néolithique à une société industrielle qui demande d’énormes ressources en énergie. Et en ce qui concerne les sociétés industrielles comme la nôtre: pouvons-nous faire en sorte qu’elles soient suffisantes pour ne pas devoir revenir à des sociétés de type néolithique? Pour l’instant, on est très loin de pouvoir disposer de ces quantités.
    il faut quand même se rappeler qu’il n’y a pas de transformation matérielle sans énergie, et que par conséquent, les réalisations matérielles des sociétés industrielles s’effondreraient sans de grandes quantités d’énergie, même après une sévère chasse au gaspi et aux gabegies de tous genres.

    Vous pouvez sur la Révolution Industrielle par exemple consulter Warde 2009 ( Energy and natural resources dependancy in Europe, 1600-1900. University of East Anglia. Brooks World Poverty Institute). La demande de charbon de bois a coincé sur la faible disponibilité de cette ressource en Angleterre à partir du 17ème siècle, et a entraîné une crise du bois, qui n’a pu être dénouée que grâce à la disponibilité croissante du charbon. Celle-ci a été permise par les inventions de Savery, Newcomen, Watt, qui ont permis aux machines à vapeur d’augmenter la productivité des mineurs, en particulier en permettant le pompage des venues d’eau dans les mines, et à celles de Darby qui ont permis de faire du coke métallurgique à partir de ce charbon et donc de développer une puissante métallurgie du fer. C’est l’énorme accroissement de la productivité du travail permis par les machines utilisant le charbon qui a entraîné la Révolution Industrielle, et permis à l’Angleterre de devenir la super puissance du 19ème siècle et du début du 20 ème.
    Actuellement, c’est le pétrole qui joue ce rôle à l’échelle mondiale. Il est à l’origine de la puissance actuelle des US et on a tort de sous-estimer comme on le fait les problèmes que vont poser sous peu le déclin progressif des quantités disponibles.

    Quant au nucléaire en déclin, on en reparlera. il y a actuellement 56 réacteurs nucléaires en construction dans le monde, et comme vous le savez encore plus de projets, dont pas mal en Europe ( Angleterre, Italie, Pologne, Bulgarie etc..). Quand l’Europe commencera à expérimenter vraiment les contraintes entraînées par le déclin des combustibles fossiles, et l’impasse où la mène la politique actuelle très coûteuse de développement des ENR über alles, vous verrez que le mouvement s’amplifiera.

    • Tilleul dit :

      Les usines textiles d’Angleterre utilisaient l’hydro et ça a continué à être l’hydro (et dans la moindre mesure l’éolien) pour faire la majorité des besoins des manufactures dans le monde jusqu’en 1900… Quand au transport l’avènement de la marine à vapeur a obligé des progrès spectaculaires dans la marine à voile pour la garder en compétitivité, de même que l’utilisation du chemin de fer a obligé les voies fluviales à baisser les tarifs de douanes intérieurs…

      Très idéologique votre vision…

      Et il y a plus de réacteur qui arrive en fin de vie que de réacteur en construction : ça s’appelle un déclin…

  15. BMD dit :

    Allons Tilleul, lisez Warde , disponible sur Internet! Dans Warde, vous trouverez également l’évolution de la consommation de charbon en µAngleterre et ail n’y a pas que le textile dans la vie. Et ce n’est pas avec l’hydro que l’on a construit les Steamships!

  16. BMD dit :

    Allons Tilleul, lisez Warde , disponible sur Internet! Dans Warde, vous trouverez également l’évolution de la consommation de charbon en Angleterre et au Pays de Galles. Qu’est-ce qu’ils en faisaient , les Anglais, de tout ce charbon? Des confitures? Et il n’y a pas que le textile dans la vie. Et ce n’est pas avec l’hydro, dont il y a d’ailleurs fort peu en Angleterre, que l’on a construit les Steamships!
    Ma vision n’a rien d’idéologique, elle est au contraire très terre à terre..

    • Tilleul dit :

      Depuis quand est-ce que la révolution industrielle a eu lieu en Angleterre et dans le Pays de Galle et uniquement en Angleterre et dans le pays de Galle… Je vous ai parlé dans la révolution industrielle dans le monde…

      Au passage toutes les données de Warde ne concerne que ces 2 territoires et ne prennent pas en compte tout ce qui était produit à l’extérieur de l’Angleterre ce qui était un comble pour le plus grand empire colonial de l’époque… (surtout quand on se rappelle les quantités de nourritures pour chevaux qui était récupérés d’Irlande… y compris pendant la grande famine…)

Laisser une réponse

Services

Traduire cet article (Google)

Mots-clefs

Ces derniers temps

© 2017 Denis Delbecq | Réalisé avec WordPress. Logo par Elisabeth Chardin.