La soif de charbon menace le corail

Par Denis Delbecq • 6 avril 2010 à 11:20 • Categorie: Coup de gueule

Un couillon pressé, l’accident, et une des merveilles de la nature risque de morfler. Un navire vraquier chinois, le Shen Neng 1, s’est échoué samedi sur un récif, au beau milieu du parc marin de la Grande barrière de corail, au large de l’Australie (1). Alors que les réservoirs de carburants sont endommagés, le navire perd du fioul et sa coque menace de se briser. 975 tonnes de pétrole pourraient s’épancher, de quoi faire de sacré dégâts sur les récifs coralliens qui hébergent une faune et une flore maritime exceptionnelle. Le navire transportait 65 000 tonnes de charbon (2) car la Chine a tellement soif d’énergie qu’elle va désormais chercher du charbon à l’étranger pour compléter sa production.

La cause de l’accident? Un abruti de capitaine qui a cru bon de prendre un raccourci, au lieu de suivre un couloir de navigation à douze kilomètres de là. Tout ça pour gagner quoi? Une paire d’heures de route sur un trajet de l’Australie à la Chine? On verra ce que la justice australienne fera de tout cela. Parce que chez nous, avec le «coupable mais pas responsable» infligé à Total, on n’y comprend plus rien.

(1) Le Shen Neng 1 a été lancé en 1993. Sous pavillon chinois, il a été pointé lors de deux contrôles de l’Etat du port au cours de sa carrière, pour des défauts de conformité à la réglementation maritime internationale. Des défauts jugés mineurs, puisque le navire n’a jamais subi de détention.

(2) Au fait, ça fait quoi sur l’environnement soixante-cinq-mille tonnes de charbon? Mon petit doigt me dit que c’est moins invasif pour les écosystèmes, du moins à long terme. Quelqu’un a une idée?

• Envoyer par email •  Partager sur Facebook

Tags: , , , , , ,