Drill, baby, drill

Ah c’est pas simple de gouverner quand même votre majorité vous attend au coin de la rue. Obama a pris une décision qui fera date dans l’histoire économique des Etats-Unis: autoriser l’exploration pétrolière et gazière offshore qui était suspendue depuis une vingtaine d’années sur toutes les côtes, sauf dans le Golfe du Mexique. Sur certains périmètres au large de l’Alaska, de Virginie et de Floride, les pétroliers pourront donc acquérir une licence pour aller forer en espérant trouver le pactole. Dont l’existence reste à démontrer, d’ailleurs.

Cette levée du tabou semblait inéluctable. D’abord parce que ce qui tient lieu de politique énergétique américaine n’est autre que la quête de l’indépendance nationale. Ensuite parce que la guérilla que mènent les élus américains contre le projet de loi sur le climat contraint Obama à lâcher beaucoup de lest pour essayer de rallier des républicains. Et ce n’est sans doute pas fini. Obama veut à tout prix supprimer les subventions à l’industrie pétrolière pour aider au décollage du solaire et de l’éolien. On verra le résultat. En tout cas, c’est un sacré symbole qui tombe: le moratoire avait été imposé par George Bush père en 1990.

Evidemment, ça gueule chez les écologistes, notamment en Alaska. Mais pour Obama, ça fera un arme de campagne en plus contre sa —peut-être— rivale Sarah Palin, l’ex-gouverneur d’Alaska dont on se demande si elle ne trinque pas au pétrole.?

3 réflexions au sujet de « Drill, baby, drill »

  1. On peut y rajouter que le premier pétrole ne sortira pas de ces côtes avant une bonne vingtaine d’années: il faut d’abord trouver de l’argent et la licence, ensuite percer des trous et avoir la chance de trouver du pétrole. Ensuite trouver encore plus d’argent pour installer un puits, le relier à la terre et construire les infrastructures de transport nécessaires…

    De mémoire, on a investi 8 milliards de dollars sur 2008 pour trouver pour 5 milliards de dollars de pétrole, donc ce pétrole cher restera encore un peu sous terre.

  2. « autoriser l’exploration pétrolière et gazière offshore qui était suspendue depuis une vingtaine d’années sur toutes les côtes, sauf dans le Golfe du Mexique »
    ———————————————————————-
    Sauf dans le Pacifique, sauf dans de larges portions de l’Atlantique, sauf dans quasiment tout l’Alaska.
    Et le fait de n’autoriser les nouveaux permis qu’en 2012 ou d’interdire de nouveaux forage dans le Golfe du Mexique, une zone pétrolifère qui a fait ses preuves depuis des décennies démontre bien qu’Obama s’en fout comme d’une guigne de la sécurité énergétique dont il fait un gros battage médiatique, ce qui l’intéresse, c’est de sauver les apparences tout en poursuivant perfidement son idéologie anti-fossile & anti-énergie, en faisant tous les coups tordus possibles à l’industrie.

    La Team Obama a dressé l’écran de fumée, il suffit de faire un communiqué de presse tonitruant en balayant sous le tapis les faits qui dérangent. Les journalistes, comme d’hab n’auront aucune peine à tout gober, c’est ça l’essentiel. Et tellement prévisible.

    Mais bon, ça a foutu une bonne claque aux écolo-réchauffistes, c’est déjà ça de pris. Le plus drôle dans l’histoire, c’est qu’ils ne peuvent même plus maintenant mettre ça sur Bush, leur bouc émissaire favori. Et c’est même pas un poisson d’avril. Warf warfff.

  3. Ping : Ecolo-Info » Réfléchir/Entreprendre » Drill, baby, drill?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.