La chasse aux OGM pétroliers

Posté le 18 juin 2008 dans la catégorie:A la Une, Rubriques. Vous pouvez suivre les réponses via le fil RSS 2.0.
Vous pouvez laisser un commentaire ou un trackback depuis votre site

On a toujours besoin d’un plus petit que soi, disait l’épatant La Fontaine. Les alchimistes des agrocarburants l’ont bien compris, qui se lancent dans une course pour dénicher la première bactérie capable de transformer les déchets en or… noir.

On n’en parle pas, mais les bactéries sont de véritables esclaves au service de l’humanité. Génétiquement trafiquées, elles produisent une foule de protéines pour le compte des labos pharmaceutiques. Une bactérie, ça ne coûte rien, ça passe sa vie à se reproduire, bref, c’est tout bénef’. Leurs collègues, les levures, fabriquent même l’éthanol de notre bon vieux pinard.

Dans les champs, le bétail émet du méthane. En attendant d’être capable de mettre une bouteille de gaz au cul des vaches, les chercheurs se tournent donc vers les bactéries capable de bouffer nos déchets, et de rejeter un hydrocarbure en guise d’excrément. La startup LS9, dans la Silicon Valley, devrait construire d’ici deux ans une usine pilote pour produire une sorte de pétrole brut en tuant à la tâche des bactéries génétiquement modifiées. Une cuve de mille litres de digesteur pourrait produire un baril de pétrole par semaine à partir de déchets agricoles, a expliqué le responsable du projet, un jeunot de 33 ans venus de l’industrie du logiciel, Greg Pal. Le prix de revient sera d’autant plus élevé que le déchet agricole est pauvre. Son pétrole ne sera pas donné, avec un coût de production de 50 dollars le baril à partir de résidus de canne à sucre, la crème du déchet agricole… Mais LS9 affirme que le processus affiche un bilan carbone négatif, ce qui n’est pas rien… si c’est vrai.

LS9 n’est pas seule dans cette quête du Graal. Certains poids lourds s’y sont lancés, à commencer par le célébrissime Craig Venter, l’homme qui a inventé la machine à décoder le génome à grande vitesse et à pas cher et qui tentait de faire la nique au Human Genome Project, et ses dizaines de laboratoires de recherches publics dans le monde. Venter, donc, s’est trouvé un nouveau défi: remplacer la pétrochimie. Rien que ça.

Venter, n’aime pas les projets petits bras. Lui, ce qu’il vise, c’est la mise au point d’une bactérie qui respirerait du gaz carbonique, boirait de l’eau, et tirerait son énergie du soleil. Une sympathique bestiole dont l’excrément serait là aussi un hydrocarbure. En gros, si la fabrication d’éthanol avec du maïs est l’agrocarburant 1.0, LS9 ferait du pétrole 2.0 et Venter travaille déjà sur le 3.0! L’agrocaburant 3.0 fait marcher les voitures en nettoyant l’atmosphère! Dans une interview à Newsweek, Venter reconnaît qu’il n’a pas encore fabriqué de carburant, mais que ce devrait être fait d’ici une paire d’années. Difficile de savoir s’il bluffe pour attirer des capitaux. Le personnage est connu aussi pour ça. Mais s’il est aussi efficace que pour décoder le génome humain, Venter a de l’avenir…

Bien qu’il n’y ait pas de rapport avec les bactéries (mais un rapport certain avec le pétrole), je ne résiste pas à l’idée de vous signaler que le NIST, l’organisme qui gère les standards aux Etats-Unis, a publié les premières analyses du pétrole fabriqué par le laboratoire du célèbre Yuanhui Zhang (Université d’Illinois in Urbana) en raffinant de la merde de cochon. Le NIST est sans appel, Zhang a encore du pain sur la planche et surtout, le liquide infâme pue plus que le lisier. Mais on lui souhaite quand même bon courage. S’il réussit, notre Bretagne pourra intégrer l’Opep!

Denis Delbecq

 

Mots-clefs: , , , , , , , , ,

Lire également

24 Réponses pour “La chasse aux OGM pétroliers”

  1. miniTAX dit :

    Dans les années 80, on nous faisait peur avec la pénurie alimentaire et on nous promettait des steaks au pétrole (vous devez sûrement vous en souvenir Monsieur Delbecq).
    Maintenant, on nous fait peur avec la pénurie énergétique et le jour du climat dernier et on nous fait saliver avec du pétrole à partir de la bouffe et des déchets de bouffe.

    S’il y a bien une industrie qui prospérera toujours, c’est celle de la peur.

  2. Denis Delbecq dit :

    Avec des raisonnements comme ça, on devrait filer la bombe atomique à tout le monde, puisque c’est la peur qui dicte au possesseurs de la bombe de se méfier des puissances qui tentent de se la procurer…

  3. miniTAX dit :

    @2
    C’est plutôt vous qui comparez l’incomparable. Une bombe atomique est une menace réelle, brutale et à l’impact bien connus.
    Un réchauffement éventuel de 3°C sur peut-être 1 siècle (oui, 1 siècle !) à cause des émissions humaines ou une pénurie de pétrole dans peut-être 20, 50 ans sont des menaces imaginaires et ouvertes aux spéculations les plus folles.
    D’autant plus qu’on nous a fait déjà des coups similaires par le passé avec le club de Rome ou le refroidissement global dans les années 70 puis la bombe démographique ou le trou dans la couche d’ozone dans les années 80.

    Le business de la peur est un filon inépuisable (on dit « durable » je crois), ce n’est pas à vous que je vais apprendre ça !

  4. romu dit :

    Pourquoi « par le passé » concernant le club de Rome, si j’en crois certains qui l’ont lu (pas moi, j’ai prévu de me le procurer pour le lire prochainement), les prévisions du rapport Meadows sont annoncées au cours du 21é siècle, il commence à peine, comment pouvez dire qu’ils se sont trompés ?

    Vous avez un don de voyance ?

  5. ICE dit :

    @3
    c’est sur que le trou dans la couche d’ozone n’a jamais été un pb (d’ailleurs on n’a rien fait du tout pour tenter de le résoudre…), la démographie ne pose aucun pb non plus (bon, a part peut-être qu’il va falloir faire de gros efforts pour nourrir tout le monde…), qu’il n’y a aucun pb avec le pétrole (dt la production sera éternellement croissante bien entendu… peu importe ce qu’en dise les géologues et les pétroliers), ou que meme si elle plafonne ou décroit cela sera sans conséquence sur nos économies…, que le climat ne changera pas, grosso modo parce que ca nous embeterait bien qu’il change et surtout qu’on a pas envie de faire ce qu’il faut pour qu’il change le moins possible …
    Minitax, ne vous faites pas passer pour plus bete que vous ne l’êtes pour le plaisir de la provocation …

  6. Lenseclaes dit :

    @ Super humble clairvoyant MiniTax – « J’investirais mon argent dans le soleil et l’énergie solaire. Quelle source d’énergie ! … J’espère que nous n’aurons pas à attendre l’épuisement du pétrole et du charbon pour nous en occuper. » Thomas Edison (1847-1931). Selon vous, Ooh grand mage MiniTax, le bonhomme qui aurait découvert l’électricité, serait un imbécile soumis à la peur pour avoir sorti une telle énormité. Dans votre monde, la fin du pétrole est presque impossible, n’est-ce pas ? Einstein, ce gaillard, aurait dit qu’il ne laissait pas beaucoup de temps à l’humanité si les abeilles disparaissaient. Lui aussi devait être franchement stupide pour sortir une telle grossièreté. En outre, il n’y a pas de consensus scientifique sur E=MC2, n’est-ce-pas ?

    Lorsque le peuple de l’île de Pâques était en train de s’attaquer à ses dernières parcelles de forêts, vous deviez déjà être là, à dire à tous qu’il n’y avait rien à craindre et que les arbres repoussent toujours. Avant la crise de 1929 vous deviez aussi être là pour dire qu’il ne fallait pas tomber dans le travers de la peur et que la crise, si elle arrivait, ne serait pas catastrophique.

    Vous avez toujours été là, tout comme le millénariste a toujours été là. Vous critiquez le millénariste mais en fait c’est votre grand pote. Les extrêmes se s’attirent … en voilà encore une preuve (vous vous acharnez sur le gens que vous considérez extrémistes). Cela dit, votre erreur réside dans le fait de nous croire millénaristes, nous ne le sommes pas.

  7. Tilleul dit :

    J’ai des amis sud américain qui m’ont recommandé d’envoyer dans la cordillère des andes toutes les personnes qui s’imagine que la couche d’ozone c’est pas un truc important…

    Enfin je vous recommande quand même de prévoir la crème solaire parce qu’on y risque sa peau dans tous les sens du terme…

    http://www.rfi.fr/actufr/articles/026/article_23715.asp

  8. miniTAX dit :

    @6, Ah oui, comme chacun sait, tous ceux qui avaient suivi le conseil d’Edison d’investir de le solaire avaient fait fortune il y a un demi-siècle. D’ailleurs, tout le monde connaît le terme de « roi du solaire » et pas « roi du pérole » et la série Dallas a été tourné au Texas parce que c’est là où l’on a toujours fait fortune avec le soleil.
    Bref, vous vous tirez une balle dans les pieds avec vos propres arguments sans même vous en rendre compte. Lol !

    Quant à la disparition des arbres de l’île de Pâques, n’importe qui s’intéresse un peu à l’Histoire sait que c’est dû à un rongeur importé par les colons qui du reste ont décimé les pascuans par les maladies et l’esclavage. D’ailleurs, l’île de Pâques actuel a une population bien supérieure qu’elle n’a jamais eue et aussi plein … d’arbres. Eh oui, encore une belle propagande catastrophiste basée sur le mensonge qui part en sucette.

  9. Lenseclaes dit :

    @MiniTax

    A l’Iles de Paques, les guerres fratricides sont à l’origine de déclin de la civilisation. Ces guerres fratricides sont dues à la surpopulation et à une mauvaise gestion de l’environnement. Pour ce qui est de l’extinction de la civilisation, il semble en effet que ce soit l’homme blanc qui ait porté le coup fatal.

    Concernant le changement climatique, la question n’est pas de savoir si il y aura des arbres sur terre dans mille ans, mais de savoir comment va se passer la transition d’une civilisation basée sur l’abondance vers une civilisation contraint à la rareté. Heureusement pour vous, la rareté est un concept inepte.

    Bon nombre de guerres trouvent leurs origines dans des crises économiques. Bon nombre de crises économiques trouvent leur origines dans la dégradation environnementale. Bon nombre de crises écologiques trouvent leur origines dans la surpopulation. Même si le réel n’est pas aussi simpliste, cette histoire vulgarisée semble se répèter inlassablement.

    Schématiquement : émergence d’une civilisation, croissance, apogée, déclin, extinction. (Attention, il est souvent impossible de dire quand commence et quand se finit une civilisation, on peut seulement en dessiner les contours). Cela dit, essayer de garantir une apogée de notre civilisation dans la durée ne devrait-elle pas être notre premier objectif?

  10. BMD dit :

    L’idée que les bactéries sont capables de produire les hydrocarbures du pétrole date de loin
    On dit que Pasteur y voyait l’origine des gisements de pétrole. En général, les spécialistes d’une question , même les plus grands,tentent de trouver une explication à toute chose à partir des principes de leur spécialité. Jusqu’à présent, Dieu a voulu que le seul hydrocarbure produit par des bactéries soit le méthane le biogaz.Je ne sais pas s’il est possible de produire du pétrole à partir d’une bactérie OGM, mais je souhaite bien du plaisir à Monsieur Venter.
    Par contre, on peut faire du pétrole à partir de cadavres de bactéries, comme à partir de n’importe quelle biomasse, avec des rendements d’autant plus importants que sa teneur en hydrogène lié au carbone est importante. Rien de bien miraculeux dans tout çà: il suffit d’y mettre le prix (très élevé). Tout çà est très amusant: il semblerait que personne n’ait encore compris que les substituts au pétrole ne peuvent être rentables que si le prix du pétrole est très élevé, et qu’ils ne peuvent donc être que très chers.

  11. Denis Delbecq dit :

    @BMD. Enfin quelqu’un qui élève le débat. La prose de minitax finit par lasser! Moi ce qui m’amuse c’est qu’au lieu de prolonger l’agonie du malade à coups de milliards, on oublie de le sevrer du toxique qui le rend malade.

  12. BMD dit :

    @DDq, S’il y a un point sur lequel je suis bien d’accord avec vous, c’est qu’il faut faire tous nos efforts pour diminuer le plus vite possible notre consommation de pétrole. N’en déplaise à miniTAX, nous ne reviendrons pas aux bas prix du pétrole que nous avons connus, sauf très grave crise économique. Nous pouvons même de manière épisodique avoir bientôt des poussées de fièvre jusqu’à 300 ou 400 dollars le baril.
    La situation actuelle était déjà programmée à partir de 1980 quand il a été clair que l’on découvrait moins de pétrole qu’on en consommait. Actuellement les découvertes ne représentent plus en moyenne annuelle que le quart de la consommation. Depuis maintenant 15 ans, j’essaie de faire comprendre cette situation à des publics divers et j’annonce que le prix du pétrole va augmenter considérablement et j’ai été régulièrement traité d’incompétent et d’irresponsable par les dits publics…jusqu’à l’année dernière.

    Or il est possible de faire baisser la consommation des véhicules particuliers d’environ 30 % immédiatement et sans le moindre investissement en changeant de comportement: diminution de vitesse moyenne de 10 %, conduite souple, bon entretien du véhicule, pneux verts, climatisation uniquement quand vraiment nécessaire, marche à pied ou vélo pour les très petits trajets.

    J’ai écouté récemment une émission de Yves Calvi sur le prix du pétrole. Les experts se sont affrontés sur différents moyens de faire baisser les prix, comme bien entendu de baisser les taxes, prendre l’argent dans la poche des compagnies pétrolières ou dans la poche des spéculateurs. Mais aucun de ces messieurs n’a même évoqué l’idée que l’on pouvait limiter sa consommation.

    On peut gagner encore 20 % avec les nouvelles techniques de motorisation: downsizing, combustion homogène, sans parler des voitures électriques ou hybrides rechargeables qui peuvent fonctionner, avec l’électricité nucléaire, sans utiliser de combustibles fossiles et sans émettre de CO2. Eh bien non, c’est bien trop simple sans doute. Par idéologie on préfère mettre nos milliards dans l’éolien ou le solaire, qui sont emplâtres sur jambe de bois!

    Un point dur est aussi l’énergie dans l’habitat, sources de dépenses très importantes et incompressibles pour les bas revenus. C’est là qu’il faut mettre l’argent des taxes, des compagnies pétrolières et des spéculateurs. Mais non, là aussi nous sommes toujours l’arme au pied.

    Comme dit le proverbe  » Jupiter rend fou ceux qu’il veut perdre ».

  13. miniTAX dit :

    « Cela dit, essayer de garantir une apogée de notre civilisation dans la durée ne devrait-elle pas être notre premier objectif? »
    —————————————————————————–
    @9 Grand Dieu, non!
    Une civilisation basée sur le profit, surexploiteuse, « malade » et en plus durable, vous n’y pensez pas. Vous allez vous faire lyncher par les écolos de service.

  14. miniTAX dit :

    « Depuis maintenant 15 ans, j’essaie de faire comprendre cette situation à des publics divers et j’annonce que le prix du pétrole va augmenter considérablement et j’ai été régulièrement traité d’incompétent et d’irresponsable par les dits publics…jusqu’à l’année dernière. »
    ————————————————
    @12
    Donc jusqu’à présent, vous avez eu raison pendant 1 an et … tort pendant 14 ans.
    Même un pendule cassé donne l’heure juste 1 fois sur 12 alors il n’y a franchement pas de quoi vous bomber le torse.

  15. romu dit :

    «Quant à la disparition des arbres de l’île de Pâques, n’importe qui s’intéresse un peu à l’Histoire sait que c’est dû à un rongeur importé par les colons qui du reste ont décimé les pascuans par les maladies et l’esclavage. D’ailleurs, l’île de Pâques actuel a une population bien supérieure qu’elle n’a jamais eue et aussi plein … d’arbres. Eh oui, encore une belle propagande catastrophiste basée sur le mensonge qui part en sucette.»

    Jared Diamond est un imposteur, c’est bien connu.

  16. Lenseclaes dit :

    @Romu – Merci pour l’info – je vais me pencher sur les écrits de monsieur Jared Diamond avec intérêt.

    @MiniTax – Ma réflexion à la fin de mon post nr 9 était très mal formulée, car s’il y a une apogée à notre civilisation, c’est dans le cadre de destruction qu’elle se passe. Donc ‘apogée’ n’est pas le terme approprié. Surexploitation et durabilité sont effet contradictoires. Je voulais dire – Ne faudrait-il pas protéger/soigner la branche, l’arbre qui nous permis d’avoir un merveilleux point de vue ?

  17. Tilleul dit :

    « @6, Ah oui, comme chacun sait, tous ceux qui avaient suivi le conseil d’Edison d’investir de le solaire avaient fait fortune il y a un demi-siècle. »

    L’homme le plus riche de Chine c’est Shi Zhengrong le PDG de suntech power (énergie solaire)… Comme quoi les texans ils auraient peut être du écouter Jimmy Carter qui avait lancé des plans d’économie d’énergie et de développement des renouvelables plutot que de laisser Reagan dégager toutes ces initiatives (il a même fait démonter le chauffage solaire de la maison blanche!) et subventionner le pétrole…

  18. miniTAX dit :

    « Jared Diamond est un imposteur, c’est bien connu. »
    —————————————
    @15, il est écolo déclaré et directeur à un moment de la WWF américaine. D’ailleurs, c’est un chéri des médias toujours friands de sensationnalisme. Donc c’est tout comme.

    En tout cas, le révisionnisme écologique de Diamond au sujet de l’île de Pâques, basé sur une déformation grossière des faits et de multiples mensonges par omission, destiné à nourrir les fantasmes d’effondrement écologique avec l’éternel impératif de stigmatisation de l’homme, est bel et bien une imposture : http://cat.inist.fr/?aModele=afficheN&cpsidt=16984874

    De multiples études ont été faites sur l’île de Pâques depuis plus d’un siècle, que ce soit par un géant de l’ethnologie comme Métraux ou par les époux Orliac sur la végétation et les causes de la disparition des forêts. Et ces études contredisent toutes les thèses catastrophistes et sensationnalistes sur le sort de Rapa Nui par Diamond, qui n’est d’ailleurs pas spécialiste du sujet.
    Il me semble donc que vous avez raté une belle occasion d’être critique vis à vis d’un nouveau canular écologiste.

    Voici par exemple ce qu’on trouve dans Pour la Science no 351 dédié à l’île de Pâques:
    « - L’île de Pâques détruite par les rats ? , p28

    Il y a un déphasage temporel dans le fait de titrer sur l’île de Pâques à Noël mais il y a surtout un drôle d’effet à se rendre compte que le symbole que représentait l’Île de Pâques était bien loin de la réalité, comme tout mythe, même cette prétendue illustration d’une dévastation écologique suicidaire. La cause du désastre serait plutôt les rats se multipliant (jusqu’à 3 millions) et dévorant les noix des arbres, plus une sécheresse pluriannuelle. La chronologie en est complètement bouleversée.

    Les premiers colons de Rapa Nui sont arrivés vers 1200. Puis leur nombre augmenta vite, peut-être 3% par an, un taux proche des taux de croissance d’autres populations polynésiennes passées du Pacifique (…) Dans le cas de Rapa Nui, un taux de croissance de 3% signifierait qu’une population initiale de 50 personnes dépasserait le millier au bout du siècle. Pendant ce temps, la population de rats polynésiens aurait explosé, de sorte que l’addition des dommages aux graines par les rats et de l’abattage d’arbres par les hommes aurait accéléré la déforestation. Au contraire de ce que veut le cliché, les Rapanui n’ont jamais vécu en harmonie avec leur environnement.

    La disparition des habitants de l’île ne serait pourtant pas la conséquence d’un « écocide » mais plutôt d’un génocide et des maladies européennes comme pour les indiens d’Amérique !

    Le pire se produisit quand des marchands d’esclaves péruviens s’emparèrent de 1000 à 2000 personnes, qu’ils vendirent comme serviteurs et comme esclaves agricoles à des latifundiaires. 90% de cet effectif étaient morts au bout de 2 ans quand l’évêque de Tahiti réussit à déclencher un scandale international. Une épidémie de variole éclata sur le navire dépêché par le Pérou pour ramener les survivants, de sorte que les 15 survivants finalement débarqués à Rapa Nui contaminèrent le reste de la population. Vers 1860, soit 138 ans après leurs premiers contacts avec les Européens, il restait 110 Rapanui.

    C’est un génocide et non un écocide qui a causé la disparition des Rapanui, même si une catastrophe écologique a bien eu lieu sur Rapa Nui. »

  19. miniTAX dit :

    « L’homme le plus riche de Chine c’est Shi Zhengrong le PDG de suntech power (énergie solaire)… »
    —————————————-
    Et un exemple vous permet de « prouver » que le solaire est un meilleur investissement que le pétrole ?
    Vous êtes d’une logique !

  20. romu dit :

    miniTAX, vous venez de nous montrer que dans ce domaine, comme dans d’autres, il n’y a pas de consensus, et après ?

    Si j’en crois l’article de Wikipédia consacré à l’ïle de Paques, les reproches que fait Benny PEISER à Jared DIAMOND, pourraient tout aussi bien lui être aussi reprocher.

    Cela dit, le sujet m’intéresse, alors merci pour votre info, je vais me renseigner plus amont.

  21. romu dit :

    miniTAX, vous avez piqué ma curiosité, aussi j’ai fait quelques recherches. Je livre ici les liens trouvés, je n’ai cherché que des liens en Français, pour aller plus vite :
    http://www.econologie.com/l-ile-de-paques-articles-689.html
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Pascuans#Mythologie_de_l.27.C3.8Ele_de_P.C3.A2ques
    http://www.pseudo-sciences.org/spip.php?article663

    J’en tire comme conclusion : il n’y a pas UNE cause de l’extinction de Rapanui, mais probablement plusieurs. La défosrestation incontestablement, qu’elle vienne des hommes comme le pensent J. Diamond ou C. Ponting ou des rats ou d’un sècheresse exceptionnelle, et probablement de ces 3 causes à la fois. Une autre cause citée est une épidémie, enfin des meurtres.

    Bref, Diamond n’est pas plus un charlatan que Terry Hunt ou Benny Peiser ne sont infaillibles.

    En tous les cas, merci miniTAX, je ne suis pour ainsi dire jamais d’accord avec vous, mais grâce à vous, j’ai appris plein de choses aujourd’hui.

  22. Tilleul dit :

    « Et un exemple vous permet de “prouver” que le solaire est un meilleur investissement que le pétrole ? »

    Soyez pas mauvais perdant en plus de tout ce que vous êtes déjà :D

  23. BMD dit :

    @ cher miniTAX, j’ai eu tort selon mon public tant qu’il a raisonné comme vous, si l’on peut appeler cela raisonner, et raison quand il a commencé à constater l’évidence.Mais j’ai eu raison pendant 15 ans et non un an. Pour le climat, l’évidence sera plus longue à se manifester car la constante de temps est plus grande.
    J’ai bien peur en ce qui vous concerne que vous tapiez systématiquement et pendant longtemps à côté de la plaque. Pourquoi?

  24. Voir le jour dit :

    En parlant de Craig Venter, sachez que celui-ci est un imposteur dans le sens où la carte génétique ce n’est pas lui qui l’a inventé mais 2 chercheurs du laboratoire Généthon à Evry (Daniel Cohen fut le premier à réaliser une carte physique du génome en 1991, et Jean Weissenbach réussit en 1992 à faire une carte génétique plus affinée mais la France à l’époque avait encore un peu d’Ethique et avait refusée de financer la suite des recherches. C’est ainsi que Craig Venter, millionnaire avant tout, à repris le flambeau mais c’est à priori un peu perdu dans cette recherche. Et oui l’argent ne remplace pas le savoir).
    Malgré l’intérêt pour les maladies grave, la carte du génome n’est pas forcément une bonne découverte car elle ne sera pas utiisée qu’à bonne escient malheureusement.

Laisser une réponse

Services

Traduire cet article (Google)

Mots-clefs

Ces derniers temps

© 2017 Denis Delbecq | Réalisé avec WordPress. Logo par Elisabeth Chardin.